C’est qui ?


Tigran Maytesian, violoniste, est également chercheur à la Katholieke Universiteit Leuven en Belgique (KU L) sur le projet scientifique du professeur Marc Van Hulle du département de neurosciences. Ce projet de recherche scientifique tente à mettre en lumière la relation existant entre les émotions et la musique dans les troubles cognitifs (autisme, démence etc…).


Tigran Maytesian a créé un orchestre à cordes qui porte le nom de Mind Speller Chamber Orchestra, destiné à mettre en lumière ce projet scientifique. Ses concerts sont chaque fois salués par un public conquis et enthousiaste, reconnaissant ainsi la valeur des musiciens. L’orchestre est composé de trois violons, deux violons alto, deux violoncelles et une contrebasse.
Tigran Maytesian joue un violon Amati et un Guarneri del Gesù et est à la direction.


Violoniste formé à Yerevan (Arménie) et Moscou, au Conservatoire Tchaïkovski dont il porte le titre de Docteur, il y est aussi conseiller scientifique et poursuit une carrière de soliste dans ces pays ainsi qu’au Luxembourg et en Belgique. Il est actuellement professeur de violon et de musique de chambre au Lemmensinstituut à Leuven (Belgique).

La Princesse Jean de Chimay apporte son bienveillant soutien à Mind Speller.

 

C’est quoi ?

Le but du projet de recherche scientifique Mind Speller est de permettre aux patients souffrants de sévères troubles du langage et moteurs dont la cause est une maladie (non)-dégénérative ou un traumatisme du cerveau, de communiquer à nouveau par le décodage de leur activité électroencéphalographique enregistrée lors d’un spécifique paradigme de communication.
A cette fin, le Computational Neuroscience group (Groupe de neurosciences computationnelles) a développé le Mind Speller (le décodeur d’esprit) qui consiste en un protocole de simulations visuelles et d’un décodeur en temps réel des signaux électroencéphalographiques.


Le Mind Speller a été testé avec succès lors d’accidents vasculaires cérébraux-, de sclérose latérale amyotrophique- (SLA or ALS), de traumatismes crâniens- (TCC or TBI), de syndrome d'enfermement- (LIS), et de désordres de patients inconscients (coma, état végétatif ou à peine conscient). Nous planifions également d’utiliser notre technologie sur des patients atteints de sclérose en plaques (SEP ou MS), particulièrement à un stage avancé de la maladie, quand ils sont de plus en plus dépendants des technologies d’assistance.


Plus d’informations http://simone.neuro.kuleuven.be/